Nis (24-26/10)

Publié le par Ange

Samedi, il faisait moche, ciel gris, pluie, nous ne sommes allés faire qu’un petit tour dehors mais le cœur n’était pas à la balade. Bien vite, nous sommes rentrés continuer de nous reposer au chaud.


Dimanche, nous avions prévu d’aller à Niska Banja, village se situant à 10km de Nis et comportant un parc ainsi que quelques hôtels pour curistes, des eaux thermales coulant à cet endroit. Nous y sommes allés en bus afin de ne pas devoir se presser pour rentrer avant la nuit, qui tombe maintenant à 16h30. Dans le bus, Rémy discute avec un Serbe (l’homme parle trop bas pour que je puisse tout saisir et vraiment me joindre à la conversation). Il raconte qu’il n’aime vraiment pas les américains. Les bombardements de 1999 sur la Serbie, qui ont duré plus de 30 jours, sont encore bien dans les esprits. Il nous fait aussi part de son souhait de quitter la Serbie, nous racontant que la vie n’y est pas facile, que ça va mieux mais que beaucoup d’argent passe encore dans les caisses de l’état, sans retour visible pour la population. Il nous dit que les serbes sont actuellement « en cage » mais qu’à partir de janvier 2010 ils devraient pouvoir obtenir des visas pour aller à l’étranger, mais seulement des visas touristiques.


Une fois à Niska Banja, nous nous sommes baladés dans le parc et sur la « butte » à côté. Nous nous sommes élevés durant plus d’une heure dans les bois avant de profiter d’une vue dégagée sur la région qui a pas mal de relief. Après deux jours de repos l’effort physique fait du bien, de même que l’air pur.

 

Lundi, nous faisons sonner le réveil à l’aube. Après trois jours quasi sans rouler mon vélo se morfond, il est temps de lui faire prendre l’air. Nous avons mis au programme de la journée une boucle, allant vers les gorges de Jelesnica (mais n’y entrant pas réellement car sur cette route nous aurions dû faire un aller-retour) puis rejoignant les gorges de Sicevo pour le retour.


A 8h30, nous sommes prêts à partir. Nous commençons par une dizaine de kilomètres de plat, dans le traffic, pour nous rendre jusqu’à Niska Banja, d’où nous prenons la route des gorges. Je suis d’entrée agréablement surprise par mon rythme avec le vélo non chargé. J’ai clairement fait des progrès depuis le début du voyage.


La route commence ensuite à s’élever, d’abord doucement puis plus fort, nous aurons une belle portion à 10% de moyenne. Nous passons de 200m à 600m d’altitude et sommes récompensés par la nature, les vues sur les alentours montagneux. Alors qu’en juin, dans les Ardennes, j’étais régulièrement à 3km/h en côte, je ne passe pas une fois sous les 4,5km/h durant l’ascension du jour, restant la plupart du temps au dessus de 5km/h. Nous mangeons au sommet, il est encore tôt (10h30) mais nous sommes déjà affamés après l’effort fourni et le cadre nous encourage à prendre une pause.


La descente qui suit, dans laquelle nous pouvons apprécier de superbes vues, est assez raide et nous reperdons rapidement plus de 300m. Au bout de celle-ci nous avons fait une petite moitié du chemin et nous attendons à remonter dans les gorges de Sicevo. Il n’en sera rien. Les 35km restants ne sont quasiment que plat et faux-plat descendant.

Les gorges sont superbes. Nous y roulons d’abord le long de champs, avec les roches à une cinquantaine de mètres et puis, bien vite, les falaises se rapprochent. Nous longeons la roche à notre droite alors qu’à notre gauche la rivière, en contrebas, nous sépare des falaises et de temps à autre la route passe dans un tunnel creusé dans la montagne. Un régal pour la vue!

A 14h, nous avons déjà bouclé les 67km de l’étape, nous sommes partis tôt, craignant de ne pas rentrer avant la tombée de la nuit sinon. Nous profitons donc tranquillement du reste de la journée en ville puis à l’auberge de jeunesse.

Publié dans Hongrie et Serbie 2009

Commenter cet article

Annie 28/10/2009 21:38


Super, ça donne envie de voir les photos maintenant ;-)
Bises, à ++ !


papounet 28/10/2009 19:06


voilà une belle journée.Tu es bientôt prête à t'attaquer aux cols pyrénéens!
bisous à tous les deux